Gérer sa location immobilière soi-même

Vous venez d’investir dans un bien immobilier destiné à la location ? Deux possibilités s’offrent à vous dans ce cas : déléguer la gestion locative à un professionnel du domaine ou s’en occuper vous-même. Et là il va falloir aller chercher des locataires puis assurer la gestion courante du logement. Il s’agit d’une solution qui permet, notamment, de gagner en rentabilité, mais cela demande une implication accrue.

Faire les diagnostics obligatoires

Faire les diagnostics obligatoires avant de mettre son appartement en location

Quand on décide de s’occuper soi-même de la gestion locative de son bien immobilier, la toute première chose à faire avant la mise en location ce sont les diagnostics obligatoires. Ceux-ci vous permettront de vérifier la mise en conformité avec les lois et décrets promulgués régulièrement dans le secteur de l’immobilier. Il s’agit :

  • du diagnostic de performance énergétique (DPE)
  • du diagnostic gaz et électricité, obligatoire depuis le 1er juillet 2017
  • du Constat des risques d’exploitation au plomb (CREP), sont particulièrement concernés ici les logements construits avant 1949
  • de l’État des risques naturels et technologiques (ERNT).

À tout cela, il faut aussi ajouter l’évaluation de la surface habitable de la maison. L’ensemble de ces informations doivent figurer dans le contrat de bail et ça fait d’ailleurs partie des éléments qui pourront convaincre un locataire à choisir votre bien.

Trouver et choisir un locataire

Une fois les diagnostics obligatoires réalisés, vous êtes maintenant prêts à passer des annonces pour trouver et choisir vos futurs occupants. Mais avez-vous déjà défini le prix du loyer? C’est un argument essentiel qu’il ne faut pas définir par hasard. Vous devrez prendre en considération certains paramètres comme l’emplacement du logement et sa surface habitable. N’hésitez pas à consulter d’autres annonces pour avoir une idée des prix appliqués pour le même type de logement dans votre zone.

Après avoir défini le prix de location, la prochaine étape consiste à diffuser des annonces ciblées afin que les personnes qui sont dans le besoin puissent vous contacter. En ce qui concerne les supports de communication, vous avez le choix entre les journaux locaux ou régionaux, les revues spécialisées ou les sites web dédiés aux annonces immobilières. Vous pouvez également utiliser les réseaux sociaux ou encore en parler autour de vous et miser sur la force du « bouche-à-oreille ». Petit conseil, il faudra faire en sorte de rendre votre annonce assez attrayante avec une description réaliste qui présente quelques avantages de votre logement.

Si des locataires répondent à votre offre, il ne reste plus alors qu’à choisir celui ou ceux à qui vous allez remettre les clés de votre maison ou appartement. Cette étape est très importante pour éviter à gérer des litiges plus tard. Pour cela, il faudra accorder une attention particulière aux garanties, au contrat de bail et au partage des charges. En effet, vous avez le droit de demander au futur locataire des garanties. Généralement, il faut que celui-ci soit en mesure de fournir environ 3 mois de loyer. À cela s’ajoutent d’autres documents comme un CDI ou encore des avis d’imposition… C’est à vous de décider de votre marge de tolérance et gardez en tête qu’il est quand même bien d’établir une bonne relation avec vos locataires.

Signature du contrat de bail pour la location

Lorsque ces détails seront réglés, vous allez passer à la signature du contrat de bail. Il existe à cet effet des logiciels de gestion locative qui pourront vous être d’une grande aide. Ceux-ci disposent de différents modèles de baux prérédigés sur lesquels se baser pour produire quelque chose de correct. Faites en sorte d’y insérer l’ensemble des clauses obligatoires avant de le présenter pour la signature par les deux parties prenantes.

Gérer les charges locatives

Nous vous le disions un peu plus haut, la gestion locative ne se résume pas à la perception des loyers. Vu que vous avez décidé de vous en charger vous-même, vous aurez également à vous occuper des différentes charges afférentes. Pour cela, il est important de savoir que les charges récupérables sur le locataire sont à différencier de celles qui ne le sont pas. En effet, les premières sont à facturer, à l’acquéreur, sous forme de provisions qu’il faudra mentionner explicitement sur la quittance envoyée chaque mois. De ce fait, à la fin du mois une régularisation des charges locatives va permettre de restituer le trop versé. Dans le cas contraire, si le montant total des provisions est en dessous des charges récupérables, vous avez le droit de demander au locataire de payer la différence.

En fin de compte, gérer seul sa location immobilière présente des avantages, notamment en matière de coûts, mais n’est pas sans obstacle. Si vous pensez que vous n’aurez pas le temps nécessaire et les ressources qu’il faut pour vous en occuper, le mieux alors est de se tourner vers une agence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.